LE LAIT : MAUVAIS POUR LES ARTICULATIONS ?

Docteur Stéphane CASCUA avec la collaboration de Nicolas BLES, docteur en pharmacie

Vous souffrez des genoux ou du dos. Certains médecins conseillent désormais de réduire le lait ! Sur quelles hypothèses se basent-ils ?

Que faut-il en penser ? Comment faire en pratique ?

Si rien n’est formellement démontré, la théorie est cohérente. Dans son ouvrage, « l’Alimentation ou la troisième médecine », le docteur SEIGNALET a sensibilisé le grand public et les médecins au «régime ancestral». Bon nombre de praticien en retiennent l’éviction du lait ! Ils ont soulagé pas mal de patients, pourquoi pas vous ?

L’Homme préhistorique : beaucoup de sport et pas de lait !

Au paléolithique, l’Homme est nomade, il vit de chasse et de cueillette. Il marche toute l’année et court toute la journée. Ce n’est qu’au Néolithique, il y a 10 000 ans, qu’il se sédentarise. Il construit des villages et pratique l’agriculture et l’élevage ! Il mange en abondance des céréales et boit du lait. Selon les défenseurs d’une « alimentation paléolithique », nos gènes programmant les enzymes digestifs n’auraient pas eu le temps de s’adapter. Dix mille ans, c’est dérisoire comparés aux sept millions d’années qu’a duré l’évolution de notre espèce. Pour mieux quantifier cette notion, plaçons-nous à l’échelle d’une année : si l’homme est apparu le 1er janvier, nous buvons du lait depuis le 31 décembre après-midi !

Des protéines mal digérées irritent les articulations.

Selon les médecins adeptes de l’éviction du lait de vache, ces protéines sont imparfaitement digérées par bon nombre d’entre nous. De gros fragments se fixent sur la paroi intestinale. Ils ne sont pas assez coupés pour être absorbés. Ils sont suffisamment gros pour ressembler à des protéines étrangères à notre organisme. Les globules blancs, très présents dans cette zone, tentent de les détruire. L’intestin pâtit de cette attaque massive, il devient inflammatoire et poreux. Les morceaux de protéines peuvent alors franchir la barrière digestive. Ils passent dans le sang et viennent s’échouer dans les petits capillaires sanguins, véritables « impasses vasculaires » nichées dans les tissus recevant peu de sang : les tendons, les disques intervertébraux et les articulations au voisinage du cartilage ! A ces endroits, ils activent encore le système immunitaire. Ils sont responsables d’un « bruit de fond inflammatoire ». Si vous y ajoutez un peu de sport et des sollicitations mécaniques, tout le secteur s’irrite et devient douloureux.

Gros buveur douloureux, essayez !

Il ne s’agit pas d’imposer l’arrêt du lait à tous les hommes du troisième millénaire ! C’est une excellente source de calcium et de protéines. Si tout va bien, vous pouvez continuer à boire du lait ! En revanche, si vous souffrez de plusieurs articulations, de quelques tendons ou du dos, si les bilans et les traitements médicaux traditionnels n’ont rien donnés, si vous buvez beaucoup de lait, ça vaut le coût d’essayer ! Et patientez ! Avant de cicatriser votre intestin poreux, avant de décrasser vos articulations et vos disques engorgés, il faut souvent attendre 3 à 6 mois. Passé ce délai, il est possible que vous ne pensiez plus à votre colonne vertébrale le matin ni à vos genoux lors de l’échauffement !

Les vaches ne sont pas des centrales nucléaires !

Quelques questions et remarques pertinentes vous viennent à l’esprit : «Mais comment faire sans lait ? Au paléolithique, les femmes ne se préoccupaient pas de la prévention de l’ostéoporose, elles mourraient bien avant la ménopause !» Pour évaluer l’apport et la mise en réserve du calcium au sein d’une population, il est bon d’évaluer la densité osseuse au moment du stockage maximum, au début de l’âge adulte. Les squelettes retrouvés par les paléontologues ne mettent pas en évidence de décalcification particulière. Vous pouvez donc vous inspirer de l’alimentation paléolithique. Mangez beaucoup de fruits, de crudités et de légumes. Ils contiennent une bonne quantité de calcium issu de la terre calcaire où ils ont poussés ! Les vaches ingèrent d’ailleurs le calcium qu’elles nous rendent dans le lait en mangeant des végétaux ! Elles ne créent pas des atomes, ce ne sont pas des centrales nucléaires ! De plus, les fruits, les crudités et les légumes sont des antiacides qui favorisent l’intégration du calcium dans l’os.

Chèvres et brebis, nos amis pour la vie !

Vous pouvez également manger du fromage de chèvre ou de brebis. Et pourquoi ne pas boire du lait provenant de ces animaux ! Leurs protéines sont mieux tolérées probablement car ces petits animaux suivaient les migrations des Hommes dès le paléolithique. Nous sommes plus adaptés à leur digestion ! L’eau minérale contient des minéraux ravinés dans les terres infiltrées dont plusieurs sont nécessaires pour la qualité de l’os comme le calcium mais aussi le silicium, le magnésium ou encore le zinc. Ils doivent être apportés en quantité supérieure chez le sénior ou chez le sportif qui transpire abondamment. Seul le lait de soja enrichi en calcium peut revendiquer le statut de substitut au lait de vache. La vitamine D est essentielle pour absorber et stocker le calcium. Elle est fabriquée dans la peau grâce au soleil, on la trouve aussi dans les poissons gras. Bref, la vie sans lait de vache est possible ! Et parfois une vie moins douloureuse !

LE SPORTIF SANS LAIT DE VACHE…

Ne néglige pas son apport en calcium

Mange beaucoup de fruits, de crudités et de légumes

Consomme du lait et du fromage de chèvre ou de brebis

Boit des eaux minérales variées, riches en calcium, en magnésium et oligoéléments notamment Hépar, Contrex ou Quezac.

Favorise la disponibilité en vitamine D

Profite du soleil en pratiquant du sport à l’extérieur, en remontant ses manches ? dès que possible, même en hiver.

N’oublie pas le saumon, les sardines, les anchois ou ? avec du courage ?l’huile de foie de morue.

Pratique une activité physique densifiant les os

Fait de la marche active, du jogging ou des sports incluant de la course

Pense aux protéines de qualité dès le matin

Prend au petit déjeuner du lait de soja, un ?uf ou du jambon

www.dissolvurol.com

www.santesportmag.com