Comment savoir si j’ai vraiment faim ?

Comment savoir si j’ai vraiment faim ?

Que vous suiviez un rééquilibrage alimentaire ou non, la question de la faim se pose souvent.

Il n’est pas facile de faire la différence entre la faim physique et la faim émotionnelle. Lorsque vous avez une envie de quelque chose de sucré comme un biscuit ou une plaquette de chocolat cela peut être :

A) La façon dont votre estomac vous rappelle gentiment qu’il est temps de faire le plein (les envies de glucides proviennent souvent d’une grosse fringale !)

ou

B) Un signal indiquant que vous vous ennuyez et que vous avez besoin d’une distraction.

Comment pouvez-vous le savoir ? Ces deux fringales sont souvent identiques. C’est comme lorsque l’ophtalmo vous demande quelle image est la plus claire, “A” ou “B”, et qu’elles sont exactement identiques.

Voici quatre questions à vous poser lorsque vous devez faire la différence entre un besoin de confort émotionnel et un véritable besoin de nourriture. La bonne nouvelle est qu’avec un peu de pratique, vous pouvez devenir un expert dans le décodage de la signification de vos envies.

1) Satisfaction vs. soulagement

Est-ce que je veux manger pour avoir de l’énergie pour alimenter mon corps afin de passer la journée ou est-ce que je cherche un soulagement ou un sentiment de sécurité ?

Testez : Placez votre main sur la partie de votre corps qui a besoin d’attention. Est-ce qu’elle va vers votre estomac parce qu’elle gronde ? Ou est-ce qu’elle va vers votre cerveau, qui est terne et ennuyeux ?

Réparation : Visez à satisfaire la partie de votre corps sur laquelle votre main repose. Si votre cerveau s’ennuie, donnez-lui un peu de matière stimulante. Si votre main est allée jusqu’à vos épaules, soulevez et relâchez vos épaules cinq fois pour détendre vos muscles. Si elle atterrit sur votre ventre, choisissez consciemment un aliment nourrissant.

2) Faim émotionnelle contre faim physique

Est-ce que je mange en réponse à une faim physique (estomac qui gronde, manque d’énergie, etc.) ou est-ce que je me sens effrayé, frustré, accablé ou heureux ?

Faites le test : Posez-vous la question suivante : “A quel point ai-je physiquement faim sur une échelle de 1 à 10 (1=faim, 5=satiété, 10=rempli) ? Si vous êtes sur une échelle de 1 à 5, il est probable que vous ayez besoin de quelque chose à manger. Si c’est le cas, c’est bon. Si vous répondez 6-10, il est probable que la nourriture ne vous aidera pas beaucoup.

Solution : essayez de manger une mandarine. C’est un excellent aliment qui aide à réduire les émotions et à réduire le stress. Elle est facile à peler et les segments sont parfaitement portionnés pour pouvoir les manger consciemment un à la fois. La saveur sucrée est satisfaisante et des recherches ont montré que les arômes d’agrumes peuvent être apaisants. De plus, une mandarine donne un petit coup de pouce à la vitamine C, juste ce qu’il faut quand on est stressé ou émotif.

3) Nutritif ou appétissant

Est-ce que je choisis des aliments riches en nutriments ou des aliments sucrés, gras et salés ?

Faites le test : Une personne qui a vraiment faim, mangera un large éventail d’aliments qui calmeront rapidement un estomac qui gargouille. Quelqu’un qui a une envie irrésistible d’un point de vue émotionnel n’a souvent envie que d’un type d’aliment ou d’un goût spécifique – pas seulement du chocolat, mais du chocolat au caramel. Si seule une collation salée peut suffire, il est probable qu’il s’agisse d’une envie de réconfort.

Solution : il est important de garder à portée de main des en-cas sains et savoureux. Souvent, les gens gardent à portée de main des aliments diététiques qui sont fades et n’ont pas bon goût. Augmentez le goût des légumes avec du hoummos, saupoudrez du yaourt avec quelques noix, arrosez du chocolat sur les baies, ajoutez un peu d’épice à votre soupe de légumes, etc.

4) Vie entière ou vie temporaire

Est-ce que je construis une relation saine entre la nourriture et l’anxiété, la culpabilité ou la peur ?

Test : avant de manger, demandez-vous comment vous vous sentirez probablement une minute après avoir terminé cette bouchée. Si une émotion négative vous vient à l’esprit, faites une pause. Trop souvent, nous attendons après avoir mangé pour vérifier l’impact émotionnel de ce que nous consommons.

Solution : une alimentation consciente peut vous aider à établir une relation saine et équilibrée avec la nourriture. Utilisez les 5 “S” de l’alimentation consciente, peu importe ce que vous mangez
1) Asseyez-vous
2) Mâchez lentement
3) Sentez le goût, l’odorat, l’écoute
4) Savourez et appréciez
5) Souriez (faites une pause avant de prendre une autre bouchée).

N’oubliez pas que vous pouvez manger les aliments que vous aimez, à condition de le faire de manière réfléchie ! Si vous avez du mal à contrôler votre faim et vos envies, peut-être devrez-vous vous tourner vers un programme minceur qui puisse quelque part vous raisonner. Loin de là l’idée de vous restreindre mais avec un programme défini et adapté à vos besoins ou votre perte de poids, vous risquez moins de grignotez car vous aurez en tête un objectif. Qilibri propose un programme minceur sans interdits et sans restriction. Le but est retrouver la totale maîtrise de son alimentation. L’idée est bien entendu que vous puissiez continuer à suivre les enseignements du programme Qilibri même une fois celui-ci terminé. Vous recevrez à votre domicile tous les 15 jours, une sélection de plats sains et gourmands élaborés par des diététiciens. Ces diététiciens restent disponibles pour discuter avec vous de votre sensation de faim.

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *