Quand faire un dépistage du cancer de la prostate ?

Quand faire un dépistage du cancer de la prostate ?

Avec un taux d’évolution estimé à environ 4,8% par an, le cancer de la prostate reste l’une des principales causes de mortalité chez l’homme. Soucieux de votre état de santé, se faire dépister par un médecin ou un urologue est la meilleure option. Cet article vous permettra de déterminer le moment approprié pour se faire dépister et présentera les différents modes de dépistage.

Le moment propice pour dépister le cancer de la prostate 

En France ou ailleurs, pour le dépistage de la prostate, il n’existe pas de prérequis en la matière. Ceci est dû au fait que cet examen n’est pas obligatoire. Toutefois, il est recommandé de le faire à partir de ses 50 ans ou plus tôt à 40 ans si vous avez des cas de maladies précoces dans votre lignée généalogique. 

Le dépistage proprement dit

Selon les cas observés, il est récurrent de voir des sujets atteints du cancer de la prostate sans toutefois présenter des symptômes. Néanmoins, avec une meilleure alimentation riche en fibres, en graines de courge, en soja, la santé de votre prostate sera préservée. Pour une prise en charge rapide, deux examens sont réalisables. Le premier appelé toucher rectal, permet de déceler les anomalies au niveau de la prostate. Ces anomalies sont entre autres le gonflement, le changement de texture de la surface de la prostate et sa consistance. 

Le second examen est le contrôle du taux de PSA dans le sang. La hausse comme la baisse de PSA peut signifier la présence d’un cancer de la prostate. Substance produite par la prostate, l’augmentation du taux de PSA n’inclue pas toujours un cancer. En effet, il sied des maladies qui, participent à son élévation telles que la prostatite ou une simple infection urinaire. Il faudrait en plus de ces deux examens, faire une biopsie de la prostate afin de confirmer le premier diagnostic.

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *