Reconstruction du ligament croisé antérieur (LCA), quelles conséquences pour les patients ?

Reconstruction du ligament croisé antérieur (LCA), quelles conséquences pour les patients ?

Les personnes ayant des niveaux élevés d’incapacité perçue avaient généralement des attentes peu claires; moins de motivation interne, de confiance et de soutien social; et plus d’évitement et d’anxiété après la reconstruction du ligament croisé antérieur que ceux avec un handicap moins perçu.

Que disent vraiment les patients?

Quelles sont les constructions psychologiques liées aux résultats rapportés par le patient après reconstruction du ligament croisé antérieur ?

Certaines personnes ayant des antécédents de lésion du ligament croisé antérieur (LCA) peuvent avoir de mauvais résultats à long terme. comme une activité physique réduite, un handicap accru et un bien-être mental altéré. Les outils de résultats rapportés par les patients sont couramment utilisés pour surveiller les résultats après une violation du LCA. Cependant, on ne sait pas pourquoi certaines personnes signalent de mauvais résultats rapportés par les patients. Par conséquent, les auteurs ont utilisé un plan d’étude à méthode mixte pour 1) évaluer et caractériser les facteurs influençant les réponses aux résultats rapportés par les patients, et 2) pour évaluer la relation entre les réponses aux résultats rapportés par les patients et les résultats qualitatifs. Les auteurs ont recruté 21 étudiants qui avaient subi une reconstruction primaire du LCA (moyenne: 3 ans avant l’étude), qui avaient été autorisés à reprendre l’exercice et qui n’avaient eu aucune autre blessure / chirurgie des membres inférieurs. Les participants ont rempli 4 échelles de résultats rapportées par les patients: Formulaire du Comité international de documentation du genou (IKDC), Résultat des résultats sur les blessures au genou et l’arthrose (KOOS), ACL retour au sport par échelle de blessures, et Échelle de kinésiophobie de Tampa. Les auteurs ont ensuite mené une entrevue de 15 à 20 minutes avec chaque participant sur les obstacles et les facteurs influençant la récupération de l’ACLR.

Sur la base des résultats rapportés par le patient, les auteurs ont identifié 10 participants avec un degré élevé d’incapacité perçue et 11 participants avec un faible degré d’incapacité perçue. Le groupe avec un handicap moins perçu a signalé moins d’obstacles (p. Ex. Peur de se blesser à nouveau, comportement d’évitement, inattention des prestataires, limites de la couverture) et plus de modérateurs (p. Ex. Soutien social, attentes claires, désir d’aller au niveau antérieur de sport) retour, confiance dans les membres) pendant la récupération. Les symptômes et une rééducation thérapeutique limitée étaient des facteurs externes courants affectant la guérison. Fait intéressant, tous les participants ont eu des émotions négatives à un moment donné après la violation de l’ACL.

Points de vue

Les auteurs ont trouvé plusieurs facteurs psychologiques associés à de moins bons résultats des rapports des patients. Ils ont également suggéré que le KOOS Quality of Life, ACL Return to Exercise After Injury Subscale et Tampa Kinesiophobia Scale pourraient aider à évaluer certains de ces facteurs. Citations tirées des interviews comme “Je n’ai même pas fait de vélo de montagne depuis mon opération, parce que ça vaut vraiment le coup de monter avec des béquilles?” illustrent la peur des patients de rompre à nouveau leurs liens. Si un clinicien identifie des barrières psychologiques chez un patient, il peut suggérer un soutien ou des conseils supplémentaires. Des interventions telles que l’imagerie guidée, l’établissement d’objectifs et la relaxation peuvent être bénéfiques. Cependant, les entraîneurs physiques et les physiothérapeutes doivent également reconnaître leur rôle dans la psychologie du patient. Une personne a déclaré: «Il est vraiment important de comprendre que ces fournisseurs de soins de santé sont là pour vous et qu’ils y ont leur meilleur intérêt». Les médecins peuvent directement influencer certains facteurs externes courants, tels que: B. Attentes claires sur le processus de réadaptation et minimisation de la perception qu’ils ne sont pas attentifs à l’état du patient. En clarifiant la durée, l’intensité et les lacunes potentielles du processus de rééducation, ainsi qu’en fournissant un soutien continu, les médecins peuvent augmenter la probabilité que leurs patients retournent au jeu et bénéficient d’un meilleur bien-être.

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *