BIEN MANGER POUR TENIR LA ROUTE

Docteur Stéphane Cascua

Longs week-end, départs en vacances ou nombreux déplacements professionnels, tout au long de vos trajets, vous devez garder la forme ! Une alimentation bien adaptée est indispensable !

OsteopatheVous voilà parti pour plusieurs heures de conduite. Pour rester concentré votre cerveau a besoin de nombreuses substances. Votre corps ligoté sur son siège est condamné à une longue journée de sédentarité et réclame peu de calorie. Pas facile de satisfaire tout le monde ! Si vos repas sont trop riches, votre organisme s’assoupit : il stocke de l’énergie au lieu de chercher à en libérer. Votre vigilance diminue. Si vos repas sont insuffisants et que certains aliments vous manquent, votre cerveau ne fonctionne plus efficacement ! Heureusement, il existe une solution !

Mangez léger, varié et équilibré !

En conduisant, vos muscles ne travaillent pas énormément. Inutile de vous goinfrer de pâtes, de riz ou de pommes de terre. Les féculents et les produits sucrés, c’est votre essence musculaire. Aujourd’hui, vous n’allez pas beaucoup consommer ! Les graisses des charcuteries, fritures, pâtisseries et autres viennoiseries, c’est votre huile moteur. Il en faut encore moins ! Si vous abusez, vous encrassez votre cerveau, vous somnolez ! A l’inverse, la viande, le poisson, les ?ufs et les produits laitiers sont nécessaires pour entretenir votre corps même lorsqu’il ne fournit pas d’effort. Ces protéines préservent votre carrosserie et ont démontré leur efficacité pour accroître la vigilance ! Au volant, vous allez faire marcher à plein régime l’électronique embarquée dans votre système nerveux. Insistez sur les fruits et les légumes , les vitamines et les minéraux contenus sont indispensables pour favoriser les connexions dans votre encéphale.

Commencez par un vrai petit déjeuner ?

De bonne heure, avant de prendre la route, buvez un grand thé ou café léger et un jus de fruit. Après une bonne nuit de sommeil, il est nécessaire de recharger en sucre, en vitamines et en eau ! Vous avez aussi besoin de vous réveiller ! Enchaînez avec un produit laitier et une à deux tranches de pain finement beurrées et confiturées. Si vous n’avez pas faim, vous pouvez rouler un peu avant de faire une pause et poursuivre votre petit déjeuner. Quelques gâteaux secs riches en fruits remplacent les tartines. Evitez les viennoiseries et les barres chocolatées.

Optez pour un vrai repas

Selon votre budget et le temps disponible, il est possible de choisir entre le restaurant, le sandwich ou pique-nique tout en préservant votre équilibre alimentaire et votre dynamisme. Laissez vous guider par ces quelques suggestions :

AU RESTAURANT

une viande ou poisson plutôt grillé

beaucoup de légumes et un peu de féculents

éventuellement une petite part de fromage ou un yaourt

un fruit, une salade de fruit ou une compote

EVITEZ : les frites, les pâtisseries

A LA SANDWICHERIE

Un sandwich au pain complet avec

beaucoup de salade et de tomate

du thon, du jambon, des ?ufs durs

éventuellement un peu de fromage

? un minimum de mayonnaise !

un fruit ou un jus de fruit

EVITEZ : le saucisson, le soda

EN PIQUE-NIQUE

Une grande salade avec

beaucoup de tomate et un peu de riz ou de maïs

du thon ou du jambon

éventuellement quelques dés de gruyère.

? un peu de vinaigrette.

Un fruit

EVITEZ : les chips et ? les microbes en transportant votre repas au frais dans une glacière.

Pensez à boire ? de l’eau !

En voiture, on se déshydrate ! Le chauffage et la climatisation vous dessèchent sournoisement ! La chaleur vous fait transpirer. Buvez régulièrement, toutes les demi-heures et au moins 3 grands verres pendant le repas ! Préférez une eau pétillante dont la composition lutte contre l’acidité du corps et contribue à entretenir la vigilance.

Le café, c’est bien ? le repos c’est mieux

Un bon café en fin de repas est conseillé. Cependant, la caféine ne peut absolument pas remplacer une bonne nuit de sommeil et des pauses régulières. Si fatigué vous abusez du café, votre épuisement est masqué par votre énervement, votre manque de vigilance persiste et s’associe à quelques tremblements et troubles de la coordination.